• Le ressenti des participants de ce voyage est globalement très positif.

    Le temps favorable a été aussi un élément important pour le bon déroulement de ce séjour. Une preuve qu'il n'y a pas que de la grisaille dans le Nord...

    Au nom de la Commission Voyages je voudrais remercier :

     L’agence TAO qui à partir de nos souhaits a su construire ce séjour de façon bien équilibrée, avec de bonnes prestations de repas et de logement.

    • Tous les guides successifs que nous avons eus : Anne Sophie, Nicolas, Anne et tous les autres rencontrés au fil de nos visites. Leur connaissance n’a été qu’un intérêt supplémentaire quotidien.
    • Notre chauffeur de car Philippe pour cette longue route. Il a parfois eu bien du mal à se faufiler dans les rues étroites (Wimereux)
    • La bonne ambiance du groupe (on n’a pas ressenti que tout le monde n’était pas du CRILAC) et sa bonne discipline pour respecter les consignes données (horaires, sanitaires).
    • Danièle pour avoir fait un travail remarquable pour les résumés détaillés quotidiens que vous pouvez apprécier sur ce Blog du CRILAC (rubrique : Voyage Hauts de France)
    • Murielle qui a su immortaliser notre périple avec ses photos artistiques complétant ainsi les résumés.
    • Tous les participants pour avoir contribué à ce succès.

     

    Photos de Anne Sophie

     

    Si ce voyage n’a pas été toujours évident à programmer, son bilan final ne peut que nous encourager à proposer d’autres destinations dans les mois à venir.

    A bientôt pour d’autres propositions de destinations.

     

    Dominique

     


  • JOUR 8: AMIENS ET RETOUR

     

     Nous arrivons au terme de notre séjour dans les hauts de France.

     Ce matin, un arrêt est prévu à Amiens avant de prendre la route du retour.

     Amiens donc où la pluie du matin s'arrête juste au moment de visiter les Hortillonnages en barque.

     C'est un site exceptionnel au coeur de la ville. Il est constitué de parcelles de terre non habitables -les Arres- entrecoupées de canaux, les rieux et les fossés. Les rieux sont navigables avec des barques à fond plat pour circuler dans le site .Les fossés sont privés et inaccessibles.

     L'hortillon ( le jardinier) entretient les berges fragiles, drague la vase et cultive les parcelles.

     L'eau vient de la Somme et de l'Avre et 3 écluses assurent la régularité du niveau de l'eau.

     

     Après cette visite maraîchère, les plus vaillants,  emmenés par Nicolas,  prennent rapidement la direction de la cathédrale qui vaut la visite.

     Visite trop brève bien sûr mais qui nous permet d'admirer la magnificence de cet édifie.

     

     Nous nous retrouvons au restaurant sur les quais pour un dernier et très bon repas.

     Il est temps de repartir. Nous faisons des adieux émus à "papa" Nicolas qui nous a si bien accompagnés durant ce voyage.

     Le retour se passe sans encombre, notre chauffeur Philippe se fait remplacer en chemin.

     La pluie nous accompagne par moments mais ça n'a plus d'importance...

    Danièle

    Photos de Murielle

    Photos de Dominique

     

                                                * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *

     


  • JOUR 7: BOULOGNE SUR MER, LES 2 CAPS, CALAIS

     

     Aujourd'hui, nous entreprenons un long périple jusqu'à la Manche. Le temps est doux, peu nuageux.

     Notre guide Nicolas nous parle des curiosités de la région que nous traversons:

     

     -Armentières et ses bourgeois "pauvres mais fiers"

     -Tilques et ses carottes géantes

     -Licques et son défilé de dindes annuel. La volaille de Licques est réputée 

     -Marquise et son marbre qui s'importe jusqu'au palais de l'Elysée !....

     

     Nous arrivons à Boulogne par un promontoire d'où nous découvrons la Manche et le port.

     Nous descendons pour visiter le Calvaire des marins, dont la forme évoque une coque de bateau, sanctuaire dédié au souvenir des marins disparus en mer.

     Nous sommes ici sur l'ancien Camp de Boulogne de l'armée napoléonienne. C'est là que l'armée a pris le nom de Grande Armée et que les grognards ont reçu la première légion d'honneur, le 16 août 1804. Ce camp a compté jusqu'à 60000 hommes. Il fut levé en 1805 quand Napoléon a renoncé à envahir l'Angleterre pour aller battre l'Autriche.

     Quelques vestiges : la Poudrière, petite construction rectangulaire où étaient conservés 12 tonnes de poudre. Et une stèle rocheuse portant l'effigie et le blason de l'empereur pour marquer l'emplacement de sa "baraque".

     Plus loin , nous apercevrons la grande statue appelée Colonne de la Grande armée avec au sommet Napoléon tournant le dos à la Grande Bretagne.

     

     Sur la route menant au port, nous découvrons la statue de Mariette, grand égyptologue et  la statue de San Martin, libérateur de l'Argentine, avec son drapeau argentin.

     Cet homme a vécu à Boulogne les 2 dernières années de sa vie. Nous voyons aussi une sculpture moderne symbolisant l'entente entre la France et la Grande Bretagne.

     

     Le bus nous dépose dans le port pour une visite libre de Nausicaa, le plus grand aquarium d'Europe.

     Nous nous en mettons plein les yeux, même si la visite était courte vu la taille de ce bâtiment! Nous avons quand même "déniché" les manchots!

     Après un repas moules-frites (enfin!), un petit temps libre nous a permis de découvrir les Géants de Boulogne, une famille de marins: Batisse, Zabelle et Ti Pierre.

     

    Nous quittons Boulogne pour suivre la Côte d'Opale jusqu'aux 2 Caps. Cette côte fut ainsi nommée par un peintre, Levêque, à cause de la lumière et des couleurs de l'eau toujours changeantes.


    Cette côte est émaillée de villages et de stations balnéaires:
    -Wimereux et sa Pointe aux Oies. On peut y voir des phoques. Le général De Gaulle, enfant, y passait ses vacances.
    -Dans un paysage dunaire peuplé de lapins, Ambleterre et son fort édifié par Vauban en 1680. Sa position stratégique y a attiré de nombreux chefs militaires dont Jules César et Napoléon. Henri VIII y a construit une forteresse anglaise.
    -Wissant, paisible village de marins où des bateaux plats, les flobarts, ramènent la pêche vendue sur place. L'été, de nombreux touristes profitent de la plage de sable fin.

    Nous arrivons au Cap Gris Nez, à Audinghan. La lumière est irréelle, le vent n'est pas froid. De nombreux sentiers balisés nous mènent d'abord au phare, le Cross, datant de 1955. Puis nous profitons de la vue au Belvédère du Vent et celui du Détroit. Le terrain est bouleversé par les anciens cratères d'obus . De nombreux bunkers rappellent que ce lieu fut le terrain de nombreux conflits.

    Nous continuons vers le Cap Blanc Nez, à Escalles , sur une très haute falaise crayeuse, face à Douvres. Nous ne verrons pas la côte anglaise toute proche mais nous apercevons un ferry dans la brume .

    Nous continuons vers Calais. A Sangatte, sur la plage, des cabanons en mauvais états sont voués à la démolition.
    Le paysage est monotone, avec des kilomètres de clôtures financées par les anglais pour essayer de contenir les migrants.


    Arrivés à Calais, nous nous arrêtons à l'Hôtel de ville pour admirer son magnifique Beffroi et, bien sûr , la célèbre sculpture de Rodin: les bourgeois de calais.

    Il est temps de reprendre la direction de Lille.

     

    Photos de Murielle

    Photos de Dominique

     


  • JOUR 6 : DOUAI ET LE CENTRE HISTORIQUE MINIER DE LEWARDE

     

     Ce matin, visite de Douai où coule la Scarpe, affluent de l'Escaut. Sur sa berge, l'ancien Refuge des moines est devenu la Cour de Justice. Douai est maintenant une ville administrative.

    Nous visitons le Jardin de la Fonderie où demeure un soubassement du Xe siècle. Nous y voyons "la furibonde" canon en fonte de1744. C'est à Douai que fut installée la Fonderie Royale dès 1669.

     Plus loin, l'Eglise Saint Pierre et le Théâtre à l'italienne en forme de fer à cheval.

     Et enfin le fameux Beffroi et ses 13 tonnes de cloches. Il y a une école de carillon à Douai. Le fameux carillon n'a pas sonné ce jour là pour ne pas déranger le marché médiéval installé dans la cour .

     Dommage ! Par contre, suivant le conseil de l'OT, et en se dépêchant, 3 d'entre nous ont pu voir la magnifique famille des Géants de Douai dans la maison des Géants ouverte pour les journées du patrimoine.

     

    Nous repartons en direction de Lewarde pour le déjeuner suivi de la visite du centre Historique Minier.

     Ce site est installé sur un ancien puits d'extraction, dans les bâtiments d'origine de la Fosse Delloye.

     Après le repas, rendez vous avec une guide pour une "descente" dans  la mine, tous casqués comme il se doit.

     Pour nous mettre dans l'ambiance, la guide a fait fonctionner brièvement plusieurs machines, dans un bruit assourdissant, qui était le fond sonore des mineurs pendant leurs heures au fond ( 12h puis 10, puis 8 d'affilée!). Elle nous a présenté l'évolution des conditions de travail :

     -au niveau de l'équipement : des simples espadrilles aux chaussures sécurisées, du chapeau en cuir au casque en métal avec lampe frontale.

     -au niveau des outils : de la pioche au marteau piqueur 

     -au niveau de la sécurité : du bois au métal pour étayer les galeries etc...

     Les chevaux avaient une place très importante dans la mine. On choisissait des races robustes et calmes. Au début, ils étaient descendus et remontés  dans des sortes de baudriers puis plus tard par les ascenseurs . Ils étaient bien soignés même si leur vie au fond était rude. Ils tiraient des trains de plusieurs wagons de charbon, jusqu'à 7 tonnes à la fois !.

     A la sortie, nous avons parcouru un grand espace d'exposition avec sa "salle des pendus" présentant les aspects de la vie des mineurs : outils, habitat, régime social, acquis sociaux, santé...

     De retour à l'hôtel, nous avons pu profiter de la piscine ou des jeux mis à disposition.

     

    Photos de Murielle

    Photos de Dominique

     

     


  •   JOUR 5 : CAMBRAI - ARRAS - Musée du Louvre LENS

     

     En route pour Cambrai. Nicolas commente les différents lieux rencontrés:

     -Orchies et sa fabrique de chicorée Leroux 

     -Les champs de betterave sucrière et l'usine Beghin Say 

     -Le parc national de Scarpe Escaut, le plus ancien parc régional de France 

     -Anzin où la première compagnie des mines a été crée en 1757. LOUIS XV est descendu dans un puits minier à Anzin 

     -Denain, la ville la plus pauvre de France 

     -De nombreux terrils (prononcer terri) constitués de déchets de charbon schisteux triés par des femmes

     

     Nous arrivons en vue de Cambrai et de ses 3 clochers dont un beffroi central.

     Nous nous arrêtons à la fabrique Despinoy, entreprise familiale où on nous montre comment faire des bêtises, au cas où on ne saurait pas !

     Cette sucrerie serait née suite à la "bêtise" d'un apprenti qui aurait trop chauffé sa préparation.

     

     Petit tour de ville où nous pourrons admirer la Cathédrale Notre Dame de Grâce, la Porte de Paris.

     Arrêt photos sur la Grand Place, ses arcades et son Hôtel de Ville avec son magnifique beffroi où deux Jacquemarts, Martin et Martine -tout noirs car ils sont forgerons- , frappent les heures.

    Il est temps de prendre la direction d'Arras, en pénétrant dans l'Artois, plateau très sec.

     La route suit l'ancienne ligne de front de 14-18 et ce jusqu'à Lens. Le long de la route, de nombreux cimetières militaires britanniques -appartenant à la France mais entretenus par les britanniques qui y viennent en pèlerinage - dressent leurs champs de croix. A Vis en Artois, nos passons devant un mémorial canadien.

     

     Nous entrons dans Arras. Cette ville tient son nom de" A rats" et de cette devise: "Quand les Français prendront Arras, les rats mangeront les chats."

     Nous rejoignons le restaurant sous les arcades. Après le repas, visite de la Grand Place des Héros et, au fond, de l'Hôtel de Ville avec bien sûr son Beffroi. A l'intérieur, Nicolas nous présente les Géants d'Arras, Colas et Jacqueline, impressionnants personnages de plus de 4m.

     

     Nous repartons en direction de Lens pour la visite du Musée Louvre-Lens, établi en 2012 sur l'ancienne fosse 9 des  mines.

     C'est un immense bâtiment moderne. A l'intérieur, une lumière particulière met les oeuvres en valeur. Elles sont disposées par ordre chronologique mais aussi de façon à pouvoir se "répondre". Une frise du temps occupe tout un mur. Nicolas et une autre guide locale nous font découvrir ce riche espace culturel .

     

     Après cette journée bien remplie, nos reprenons la direction de Lille et de ses bouchons!

     

    Photos de Murielle

    Photos de Dominique