• croix de Colomban     2 juilletcroix de Colomban     2 juilletLes sites météo indiquaient "orages milieux après midi ", il a fallu adapter le programme.....

    Nous avons donc pris la direction de la croix de Colomban par Thônes

    Départ la Closette au dessus de Glapigny .... 

    Balade agréable parsemée de chalets et autres abris....

    Certes l'accès à Beauregard est moins facile depuis Glapigny/ Thônes mais plus gratifiant que par la Croix Fry...

    croix de Colomban     2 juillet

    croix de Colomban     2 juillet

    Nous étions 6 à gravir le versant ouest de la montagne de Beauregard.

    Epargnée par la météo, la rando a été appréciée de tous : ciel bleu , température agréable , brise sur le plateau....et pas d' orage..!!!

     

    denivelé 550 m

    alt max 1700 m

    massif Aravis

    diff moyenne

    ign 3430

     

     


  • Cette fois, Daniel nous a choisi un parcours dans les sous-bois avec un peu de dénivelé vers le Roi du Mont. Nous sommes 18 au comptage aujourd'hui. Nous avons pu constater les dégâts causés par la tempête du début de la semaine. Beaucoup d'arbres sont tombés en travers du chemin et les gardes forestiers sont à pied d’œuvre.

    Thônes - le Roi du Mont

    Les Reines du jour

    Après un peu de dénivelé, nous arrivons sur le lieu de notre pique-nique à la fraîcheur des sous-bois et près du nouvel élu : le nouveau Roi du Mont, l'arbre le plus haut de la forêt après que le précédent élu ne soit tombé lors de la tempête de fin 1999. Une fois rassasiés ( Bob nous a offert une brioche aux pralines délicieuse ), une sieste pour certains et nous prenons le chemin de la descente. Les gardes forestiers nous ont même déblayé un passage à l'endroit ou nous avions dû enjamber les troncs lors de la montée.

    Après la descente sous la fraîcheur des sous-bois, nous retrouvons l'air chaud en traversant Thônes vers le parking de l'Hermitage. Nous nous rassemblons autour d'une collation et de gâteaux partagés : Maryse s'est surpassée en nous confectionnant un gâteau à l'orange! Bravo présidente!

    Nous nous séparons pour regagner Annecy heureux de cette randonnée un peu rafraîchissante avec le retour de la canicule.

    Cliquer sur lien photos

     


  • Nous étions 50 au parking Pierre Coubertin et nous prenons place dans un beau car très confortable. Nous allons en direction de la Suisse par Genève et Lausanne , quelques bouchons à l'approche de Lausanne dus à des travaux et à l’afflux de ceux qui se rendent sur leur lieu de travail. 

    Annie en profite pour nous parler de la région de Gruyère et principalement des villes de Bulle et Gruyères que nous allons visiter. C'est un peuple de montagnards en majorité francophones et une région destinée aux pâturages et à la production de lait puis de fromages. Beaucoup de vignes et cette année ne ratez pas la fête des vignerons qui se déroulera à Vevey du 18 juillet au 11 août 2019. C'est une fête qui ne se déroule que tous les vingt ans!  Annie distribue des Bricelets, spécialité de cette région qu'elle a confectionnés exprès pour nous à cette occasion, un véritable délice! Merci Annie.

    Arrivés à Bulle, nous nous dirigeons vers le Musée Gruérien. Une guide nous attend à l'entrée et nous explique déjà les paysages des alentours, beaucoup de verdure, de pâturages destinés aux élevages pour la production de lait et de fromages. Au loin, les "fesses de la comtesse" qui sont des parcelles particulièrement bien délimitées et dessinées en forme de fesses. Deux groupes sont formés pour la visite à l'intérieur. En ce moment, il y a une exposition sur le LAIT - OR BLANC FRIBOURGEOIS très intéressante. Puis ce sont les traditions régionales qui sont exposées avec une quantité d'objets ( magnifiques cuillères à crème ) nous rappelant notre enfance, de costumes, de meubles, de maquettes de maisons typiques, des photos des activités anciennes comme le travail de la paille. La visite nous prend du temps car très riche en informations et nous dépassons le château et la ville que nous laissons derrière nous faute de temps.

    Sortie Bulle Gruyère

    Nous remontons dans le car en direction de la ville de Gruyères. L'origine du mot et l’emblème est la GRUE, symbole que nous allons voir partout lors de nos visites. Puis c'est le moment du pique-nique pour certains, un repas dans les nombreux restaurants pour les autres. Une dégustation de meringue accompagnée de double crème nous laisse sans voix, c'est délicieux! Nous avons rendez vous pour la visite du château ou nous sommes divisés de nouveau en deux groupes animés par deux guides. L'histoire et les différentes restaurations des propriétaires successifs nous est contée, des Comtes de Gruyère à l’État de Fribourg. C'est le deuxième château le plus visité en Suisse.

    C'est déjà l'heure de prendre le chemin du retour vers Annecy après un arrêt dans une fromagerie pour faire quelques achats.

    Un grand merci à Nicole qui a organisé avec brio cette journée accompagnée par Annie qui nous a illustré de ses commentaires la visite des lieux.

    Cliquer pour photos

     


  • Texte de Monique :

     

    1er jour

    Les 25 participants se retrouvent sur le parking du Piroulet à l’heure dite (enfin presque). Nous avons une pensée pour Loïc et Françoise qui ne peuvent pas être des nôtres (cause accident).

    Cette année nous ne craignons pas d’avoir de la pluie, mais plutôt de souffrir de la chaleur.

    A 9h45 nous démarrons du parking de la préhistoire (1170m), par un large chemin ombragé très agréable, que nous garderons un bon moment. La pente est douce et l’allure modérée, réglée en fonction de la chaleur. Nous montons  par la combe de Gaza, pour atteindre le but St Genix 1643m, où nous arrivons à 12h. A la sortie du bois un vent bénéfique nous permet de supporter les ardents rayons du soleil. Nous ne nous attardons pas au sommet car nous sommes assaillis par une nuée d’IVNI (Insectes Volants Non Identifiés) qui volent autour de nous. Nous descendons un moment, passons par le col de Chau, avant de trouver un endroit ombragé et accueillant pour la pause pique nique à 12h50. Bien sûr, il y a toujours de bons gâteaux à déguster.

    Nous ne repartons qu’à 14h15. Belle vue sur le Gd Veymont et autres montagnes du Vercors. Beaucoup de fleurs tout au long du parcours : arnica, lys de St Bruno, aster, oeillet, raiponce, anthyllis, serpolet et bien d’autres encore.

    Belle rando, bien adaptée à ce temps de canicule, et tout le monde a bien suivi.

    Geneviève s’est fait tordu la cheville en montant, n’a rien dit sur le coup car elle n’avait pas très mal, mais en arrivant son pied était tout enflé. Heureusement nous avons une infirmière avec nous et Christine pommade, met de la glace, bande la cheville blessée.

    Le « Piroulet » est situé au milieu des champs à la limite du village de Vassieu avec vue sur les montagnes. Nous sommes bien accueillis et bien installés.

    A 18h30 Monique Rocher nous offre l’apéro, crémant et « amuse bouche » pour fêter ses 80 ans ainsi que son retour parmi nous après une période difficile.

    Suit un bon repas : salade de gésiers, magret, gratin dauphinois, fromage et tarte au citron.

    Puis les mordus de foot vont regarder le match des bleues avec les Américaines.

    Une fraîcheur bienfaisante arrive avec la nuit.

     

    2ème jour

    Après une nuit calme et fraîche les troupes sont en forme pour une nouvelle journée de rando.

    Geneviève juge plus raisonnable de ménager sa cheville aujourd’hui, bien que celle-ci aille mieux. Elle reste donc au Piroulet et Marie Hélène lui tient compagnie.

    Départ à 8h45 du parking de Beure (proche du col du Rousset) à 1390m. Un large chemin empierré et ombragé, avant de déboucher sur le vaste plateau. Beaux troupeaux de moutons. Très peu d’ombre ensuite, mais heureusement beaucoup d’air. Nous passons par le chalet des ours, le Belvédère, descente sur le pas des Econdus (1546m). Vue magnifique. Nous apercevons des vautours il nous semble, qui décrivent des cercles dans le ciel. Nous descendons encore et nous arrêtons à 11h30 avant la cabane de Peyret. Des pins nous offrent une ombre salutaire.

     Après le repas une douzaine de personnes part pour le col ou pas de Chabrinel. Nous avons un peu de mal à le trouver, mais ça valait le coup. Pitons rocheux abrupts, aiguille. C’est sauvage et beau. Retour vers le reste du groupe avant de revenir par le même itinéraire. Il faut remonter sous le soleil de plomb et nous prenons une « bonne suée ». Plusieurs pauses s’imposent à l’ombre des quelques pins qui se trouvent sur notre chemin et cela nous aident bien à tenir bon.

    Moins de fleurs aujourd’hui, mais tout de même quelques asters, et des gentianes de koch.

    Nous arrivons au parking à 15h50. Belle balade, même si nous n’avons pas pu faire le circuit prévu, cause canicule.

    Ce soir c’est Christine et Gilbert qui offrent l’apéro (absinthe et coteaux du Layon). Gilbert aussi est heureux de pouvoir de nouveau « s’éclater » en montagne en bonne compagnie après avoir connu bien des soucis.

    Après le repas, aussi délicieux que la veille : croûte au bleu du Vercors et salade, truite saumonée, riz, fromage blanc et crème de marron, il y a « le spectacle » monté de toutes pièces par Jacky.

    1ère partie : 8 chansons de Johnny dont les paroles ont été adaptées au groupe du Crilac.

    2ème partie : Le clown muet avec le tabouret à remonter, la marionnette et la balle qui disparaît.

    3ème partie : le démontreur de foire et son « anti pet ».

    4ème partie et clou du spectacle : Jacky habillé en danseuse étoile (tutu et collant blanc, couronne)

    virevoltant au son de la musique, entraînant plusieurs spectateurs. Impayable, à mourir de rire, quel talent ! Et il n’en a que plus de mérite car il s’est fait mal à l’épaule en prenant sa douche un moment avant, et a très mal.

    Pour tous les spectacles il est costumé.

    Extinction des feux 22h30.

     

    3ème jour

    C’est un peu brumeux, mais il fait déjà bien chaud à 8h45 quand nous partons de la petite station de … chaud clapier (nom prédestiné) à 1400m. Nous commençons par descendre un peu, passons à la Porte d’Urle 1499m., traversons des pâturages avant d’arriver au bord des falaises. Vue spectaculaire sur les escarpements et promontoires rocheux ainsi que la vallée. Beaucoup de renouées, également lin, aster, oeillet, orchis… Le sentier suit les falaises très découpées, c’est vraiment superbe avec des pitons et failles, nous pouvons même descendre dans l’une d’elles qui est bien aménagée. Nous apercevons des rapaces qui tournoient dans le ciel. Serait-ce des vautours ?Très peu d’ombre, mais heureusement du vent. Nous passons au pot de la Croix 1544m et pour l’arrêt casse-croûte à 11h45 nous avons la chance de trouver quelques arbres dont un hêtre généreux qui nous accueillent et nous permet de profiter de son ombre. On finit gâteaux et chocolats.

    Nous repartons à 12h45, apercevons une forêt de « quernes », puis un scialet (sorte de petit gouffre). Fin de la balade à 14h. Nous prenons un dernier verre tous ensemble avant de se quitter, une fois de plus très heureux de ces moments partagés dans cette belle nature.

    Même si nous n’avons pas suivi exactement le programme prévu, nous avons fait 3 superbes balades et nous remercions vivement Marie-Jo et Daniel qui ont très bien organisé ce séjour et nous ont fait découvrir ces paysages magnifiques. Et pour montrer notre gratitude nous leur offrons un petit assortiment de produits régionaux.

     

    Cliquer pour visualiser les photos

     


  • Nous étions 24 au départ, au parking du plan d’eau de Lescheraines.

    Nous avons longé le lac réservé au nautisme puis, à son extrémité sud, nous avons rejoint le chemin qui nous a permis de monter au lieu-dit Rossillon.

    A partir de là, nous sommes entrés dans la forêt domaniale du Cimeteret jusqu’à retraverser la D59 des Aillons.

    Quelques trouées dans les arbres nous ont laissé la vue sur le Châtelard et ses cimes environnantes ainsi que sur la  Dent de Rossanaz et sa croix qui culmine à 1891 m, gravie par Michel l’avant-veille.

    Une bonne descente nous a permis de rejoindre la source et cascade du Pissieu où nous attendait un bon air frais.

    Avec quelques trempettes de pieds pour certains, nous avons pu profiter d’une petite plage pour nous restaurer et reprendre quelques forces.

    Le retour au parking par le lac des pêcheurs puis le lac longé le matin fut un peu plus laborieux car une forte chaleur nous attendait.

    Quelques rafraichissements en terrasse du plan d’eau furent bien appréciés ainsi qu’une brioche aux pralines confectionnée par mon épouse pour fêter mon anniversaire.

    En cliquant ici vous pouvez consulter les photos de Marie Claude, Michel et moi-même

    En cliquant ici   vous pouvez consulter celles de Murielle

    Nous avons parcouru 9 km et gravi 270 m.

    A très bientôt.

    Dominique