• croix de Colomban

    croix de Colomban

    croix de Colomban

    croix de Colomban     croix de Colomban

     

     

     

    Fort des informations météorologiques à savoir 1,50 mètre de neige non stabilisée, risque d’avalanches, routes partiellement déneigées, nous

    faisons une entorse au programme du jour et privilégions une randonnée sécurisée, ensoleillée et pas trop isolée.

    Toutes ces conditions étant réunies, le Colomban par la Croix Fry est choisi.

     

    Equipé de notre matériel de marche, nous progressons en direction du sommet le plus haut du massif, par la crête.

    Le chemin balisé, parfaitement tracé par les randonneurs qui nous ont précédés, ressemble à une tranchée (ils ont dû verser plus d’une goutte

    de sueur merci pour eux).

    Les arbres aidés par l’inversion de température, se délestent de leur parure blanche et se transforment en brumisateur.

    Sur le point culminant à 1710 mètres, nous admirons l’environnement et chacun, suivant ses connaissances en géographie, nous communique

    le nom des sommets qui nous entourent.

     

    Le soleil au zénith nous enveloppe d’une douce chaleur et nous paressons en direction du Colomban. Arrivé au pied de la croix c’est un nouveau paysage

    qui s'ouvre à nous, allant du massif des Bornes, des Bauges et de Belledonne.

     

    La randonnée terminée, nous regagnons le fond de la vallée sous notre astre du jour qui progressivement rejoint son lit entre la dent du Cruet et Talamarche.

     

    Le débriefing s’effectue autour d’une table où les boissons chaudes nous revigorent.

     

    Est-ce un produit  hilarant qui entre dans la composition du chocolat chaud ou la somme, soleil, oxygène, neige, qui a fait que notre retour à Annecy

    s'effectue dans une ambiance conviviale et chaleureuse.

     

    A vendredi, sur une neige savoyarde, à Saint François de Sales.

     

    Michel

    PS : Pour les sportifs de haut niveau qui tiennent leur carnet de courses à jour nous avons parcouru une distance de 8,46 kilomètres grimpé 326 mètres

    de dénivelé et brûlé 0 calorie, la cause un ravitaillement tout au long du parcours en gingembres, pâtes de coing, fruits à coque etc.